Toussaint à Bréhat pour les cristoliens !

DSC_0321 1

Samedi 29 octobre

Samedi matin vers 8 heures une camionette suivie d’ une remorque chargée de kayaks de mer fait brusquement demi tour dans Créteil, le conducteur ( François) reçoit un message de Engel, il est enfin arrivé au club avec une heure de retard.

Ainsi commence notre périple vers Bréhat et son archipel, lieu de notre stage en randonnée marine.

Le principe, évoluer dans ce cadre magnifique en autonomie et en changeant chaque soir de bivouac.

Dans l’ après midi nous récupérons à Paimpol Patrick Lemoine un vieux pote kayakiste qui encadra jadis de nombreux stagiaires de l’ AJ de Paimpol à sa belle époque.
Nous partons de Beg Nod un lieu tranquille entre l’ Arcouest et Loguivy et après avoir longé Bréhat par l’ ouest, nous doublons le phare du Paon pour accoster à Morbic peu après. C’ est un bivouac bien connu des kayakistes, on peut y monter plusieurs tentes sur l’ herbe et personne ne vient jamais vous déranger.

Premier soir, premier apéro, premier repas, feu de camp, souvenirs de sorties passées pendant que la nuit nous enveloppe doucement. Puis c’ est le sommeil qui nous prend, nous entrons dans nos tentes et très vite nous basculons dans un sommeil profond.

Le lendemain après le petit déjeuner, Patrick nous quitte pour rentrer chez lui. C’ est le début de notre odyssée, nous partons vers les Héaux et son phare, les vagues sont irrégulières, elles changent de forme, nous sommes vigilants, mais tout va bien et nous allons profiter de notre picnic grâce au beau temps. Le vent d’ est est un peu frais mais des rochers nous protègent, par contre le ciel est bleu et le soleil brille, quel bonheur.

L’après midi nous repartons en direction de l’ embouchure du Jaudy que nous n ‘atteindrons pas car il faut rentrer sans tarder. Entretemps Philippe Fusier se fera remarquer en dessalant tout seul comme un grand dans une zone d’ eau calme déclanchant un exercice de sauvetage, excellent moyen de tester notre réactivité.

DSC_0321 1

Nous arrivons un peu tard à Olonne, le temps de monter les tentes, la nuit s’ installe et c’ est à la lumière des frontales que nous dinons sans nous attarder, la journée a été rude, nous avons besoin de récupérer.

Le lendemain c’ est dimanche et je propose d’ aller ravitailler à Bréhat, aucune objection, tout le monde est d’ accord pour se ballader et boire un coup au bourg.
On prend le vent pleine face ainsi que le courant, mais on tient bien les bateaux. L’ objectif, pagayer en rythme, les uns à coté des autres, en ligne, personne ne doit trainer derriere.

Enfin Bréhat arrive, le vent mollit, nous pouvons souffler un peu, il faut juste trouver un endroit où déjeuner. L’ anse de la Corderie est un endroit tout indiqué, une grève qui découvre, mais une belle plage de sable au soleil où nous déposons nos kayaks. Le temps est idéal, c’ est merveilleux de pouvoir se mettre torse nu et de prendre le soleil, d’ ailleurs nous ne sommes pas seuls sur la plage, quelques familles se sont installées pour profiter elles aussi de ces conditions exceptionnelles.
Beaucoup de monde pour aller au bourg, les touristes ont debarqué en masse, il faut éviter les vélos ainsi que les tracteurs des agriculteurs qui travaillent.

DSC_0327

Je passe rapidement sur les courses et la tournée bue au bourg. Trop de monde à mon goût alors que je cherche l’ isolement en mer, mais ceux d’ entre nous qui ne connaissaient pas Bréhat la découvrent et l’ apprécient.
Retournés à nos bateaux nous attendons que la mer monte pour porter le moins possible, c’ est important de bien suivre le rythme des marées, on évite des portages fastidieux.

Notre dernier bivouac c’ est l’ ile verte, à l’ ouest, mais cachée par d’ autres iles ou ilots. Pour la reconnaitre, c’ est simple, il suffit de répérer un grand pin qui la couronne.

DSC_0355

Les Glénans y ont une base, mais il n’ y a personne, à part des brebis qui nous font la fète heureuses de trouver un peu de compagnie.
Il fait encore beau, l’ idéal pour un bon bain de mer, pas facile d’ y entrer, mais après quelques hurlements, nous barbotons enfin dans l’ eau froide et claire.
Nous en ressortons la peau brulante mais tellement revigorés. Le temps de se rhabiller et d’ attraper la bouteille de pineau, le soleil descend s’ immerger sous nos regards admiratifs.

La nuit tombe, il faut rentrer dans les tentes avec nos affaires de kayak, le vent a tourné, il vient d’ ouest nous apportant la rosée.

Mardi matin. On démonte les tentes encore humides, pas le temps de les sécher si nous voulons naviguer. On a le temps de retourner à Bréhat mais on passe au sud pour remonter dans La Chambre, ce très beau passage à l’ est bordé de maisons toutes plus belles les unes que les autres. Mais on ne peut s’ attarder, la route nous attend, une heure de pagaiement et c’ est l’ arrivée à Beg Nod. Débarquement malaisé, la mer descend, il faut vider les bateaux car les pierres sont coupantes. Un dernier picnic au soleil et c’ est le retour à Créteil après etre passé dire au revoir à Patrick.

Il n ‘ y a que des bons souvenirs de ce séjour, les conditions climatiques exceptionnelles y sont pour beaucoup, le pari était risqué mais tous étaient d’ accord pour tenter l’ aventure. Ils n’ ont pas eu à le regretter car l’ objectif a été accompli. Quatre jours en autonomie dans tout l’ archipel avec chaque soir un bivouac, ils n’ ont pas été déçus. Les qualités humaines de chacun ont beaucoup joué aussi, il ne suffit pas d’ètre entrainé, il faut aussi un bon esprit de camaraderie et de partage et je dois dire que nous formions un tres bon groupe, soudé et complice, d’ ailleurs tous ont à coeur de recommencer le plus vite possible. Prochain rendez vous: le golfe du Morbihan à l’ Ascension, nul doute que ce sera fantastique.

François Parmentier.

Parcourt_Brehat_2016

Parcours de cette sortie