Sortie Loisir 2021 : Le Chalaux

Ayant obtenu sa « pagaie verte »1, Victor peut maintenant s’attaquer à des rivières plus exigeantes et, accompagné des vétérans François et Marian ainsi que de l’ancien débutant Engel, il décide de s’essayer sur la plus technique des rivières du Morvan, le Chalaux, de classe III (4)2.

Après quelques centaines de mètres, relativement calmes qui permettent de s’échauffer, nous voici au dessus d’un passage appelé « la piscine à Big » qui n’est rien d’autre qu’un seuil à rappel3 qui a la fâcheuse tendance à vous projeter sur une dalle rocheuse et inévitablement provoque le chavirement . Après une reconnaissance depuis la berge, les explications des anciens et la mise en place d’une sécurité, c’est à Victor de jouer. C’est presque gagné mais le mauvais génie de la rivière parvient à retenir l’arrière de son bateau et le projette sur la dalle. Victor expérimente ainsi de sensations nouvelles : entraîné par un fort courant, il est ballotté sur quelques dizaines de mètres avant de pouvoir regagner la terre ferme. Expérience peu agréable mais inévitable pour qui veut pratiquer la rivière sportive.

Le kayak, quant à lui, mène sa vie comme il peut et ce n’est que quelques centaines de mètre en aval que nous parvenons à le récupérer. Les rapides suivants sont passés avec plus ou moins de brio mais sans bain, ce qui est bien l’essentiel.

Nous parvenons ainsi au passage dénommé « la Perte des Vaux », qui est une petite chute à rappel3, qui peut s’avérer très dangereuse et nécessite d’installer une sécurité avant toute tentative de la franchir. Engel passe avec aisance, suivi des anciens et c’est le tour de Victor. Il ne manquait pas grand chose mais le rappel est trop fort pour lui et il dessale. Marian lui lance la corde de sécurité et quelques secondes plus tard, il est sorti du rappel. Malheureusement le bateau, une fois de plus, ne l’a pas attendu et a poursuivi sa navigation tout seul, s’offrant le luxe de franchir la dernière grosse difficulté du parcours  » Courtibas », qui est un rapide particulièrement technique, qui nécessite une maîtrise parfaite de sa trajectoire. Dommage pour Victor, mais après ses bains précédents, il ne l’aurait, de toute façon, pas tenté.

Le reste de la troupe franchit ce dernier obstacle sans encombre, Les derniers kilomètres permettent à la petite troupe de naviguer sans stress et de jouer dans les petits rapides.

Le Chalaux2021

Le lendemain, la seconde descente se passe dans des conditions similaires, mais Victor, malgré ses déboires, a conscience d’avoir progressé et ne demande qu’à recommencer dès que possible. Il n’en a que plus de mérite car le niveau d’eau était particulièrement élevé, ce qui n’est pas sans augmenter la difficulté.

Avant le retour à Créteil, la halte de Quarré les Tombes, avec ses gaufres inégalables, s’impose et termine un week-end  riche en sensations pour tous.

Marian LAZAROVICI

  1. Il s’agit d’une certification attestant du niveau de compétence. Il y a 6 niveaux de couleur de blanc à noir.
  2. Les rivières sont classées de I à V, certains passages pouvant être d’un niveau plus élevé et indiqués entre ( )
  3. rappel :le courant provoque un rouleau plus ou moins large et ce rouleau retient, avec un effet machine à laver, tout élément qui s’y trouve pris. Il est très difficile de s’en sortir sans aide extérieure. C’est un des dangers majeurs de la navigation en eau vive.